Un Batteur-Né 

Pédagogue dans l’âme

J’ai flashé sur la batterie à l’âge de 14 ans. Lors du concert d’un big band de Jazz.

 Deux batteurs se répondirent dans un duo endiablé lors du dernier morceau :

j’étais mordu et ça continue après 35 ans de pratique.

Ce moment où j’ai décidé d’apprendre la batterie est pour moi un souvenir inoubliable. C’était la journée de clôture de l’année de l’académie où mon frère suivait des cours de solfège et de flûte traversière. Après les élèves qui reçoivent leur prix et jouent des pièces de musique, il y a ce concert de jazz qui se termine avec un duo de batterie.

C’est le coup de cœur, j’ai su de suite que j’allais apprendre à en jouer. J’ai donc été trouvé mon papa, qui m’as dit « ok, mais tu fais le solfège » et c’est ainsi que j’ai commencé à l’académie de Châtelet où j’ai eu la chance d’avoir Mr Claude Podgornick comme professeur pour mes 5 premières années. Un excellent musicien et pédagogue qui m’a donné des bases solides, encouragé, soutenu et mis en confiance.

Mais mon besoin de sortir des sentiers battus à pris le dessus et j’ai quitté le cursus classique pour partir à la rencontre de musiciens plus rock et jazz. Depuis 1990 à aujourd’hui je joue dans des formations, rock, jazz, fusion, en répertoire de compositions ou reprises avec arrangements différents des versions originales.

C’est en 1995 que je découvre ma fibre pédagogique, en rejoignant l’équipe des professeurs de la « Rock’s cool » pendant 6 ans (à Namur en Belgique). Il s’agit d’une école de musique para-académique qui vous permet d’aborder la musique sans solfège et dont l’un des points forts de l’apprentissage se situe au niveau des cours d’ensemble. J’ai adoré ça, motiver les élèves et partager ma passion, adapter mon cours selon l’âge et le profil de la personne, les cours d’ensemble où J’ai la magie opère avec les élèves qui progressent  en jouant leurs morceaux préférés: j’en avais des frissons.

J’ai continuer ensuite à donner des cours privés, en développant une approche de plus en plus axée sur l’étude du mouvement : La pédagogie du geste.

Cet enseignement spécifique m’a passionné dès l’instant où les premiers principes découverts m’ont rapidement aidé à dépasser mes limites en vitesse et fluidité.  

Aujourd’hui je suis à l’aise sur l’instrument, j’évolue facilement et quand je pratique, je sais à quoi je dois porter l’attention pour améliorer mon jeu. Et s’il m’arrive de traverser des périodes de pauses, je retrouve la main après 1 semaine d’entraînement 1/2 heure par jour dès que je m’y remets. Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas :

Au bout de mes 10 premières années de batterie, j’ai traversé une période charnière.
Bien sûr, j’avais toujours plaisir à jouer mais je passais à coté de quelque chose de primordial pour être complètement détendu et sûr de moi derrière les fûts. Et ce malgré les cours et les stages, les méthodes et partitions, qui pourtant contiennent des exercices et des phrasés très intéressants. Malgré les heures passées à m’entraîner, gagner de la vitesse, de la fluidité, de la puissance et de la précision restait difficile, je bloquais et c’était très frustrant.

J’ai pu dépasser ça grâce à une rencontre : j’ai eu la chance de jouer avec un musicien plus âgé et expérimenté, un guitariste hors pair… Georgy Parascan. 

Il est venu me trouver lors d’une Jam et m’as dit : « j’aime comme tu joues, tu as quelque chose d’important pour la musique : tu t’adaptes à tous les genres tout en gardant ton style, tu écoutes les autres et tu interagis avec eux. ».

Nous avons sympathisé et avons joué ensemble régulièrement sur les principes de l’improvisation, selon des consignes qu’il avait développées de par sa compréhension profonde de la musique et des interactions nécessaires entre les différents instruments.

Et surtout il m’a mis sur la voie d’un concept très important en Batterie :

C’EST LE GESTE QUI FAIT LE SON !

Autrement dit, le secret des grands batteurs c’est qu’ils placent et développent une grande partie de leur attention non pas au bout de la baguette, mais dans LE CORPS !

Il me fit découvrir sa vidéothèque, constituée d’une centaine de concerts et Master-class. Et effectivement, en visionnant inlassablement et en traduisant ces cassettes vidéos j’ai pu me rendre compte d’un discours commun à tout les batteurs qui m’inspirent. Ensuite j’ai continué à étudier cette approche, à l’approfondir, ayant accès par la suite aux infos véhiculées par internet.

J’applique ainsi depuis une vingtaine d’années les conseils des plus grands dans ce domaine.

J’adore transmettre ce que j’ai appris dans cette démarche et cette approche spécifique. J’en ai fait une pratique qui me permet d’entretenir et améliorer le jeu en seulement une demi-heure d’entraînement par jour, sans local et sans batterie, grâce au fameux « practice pad », sur lequel les batteurs professionnels passent des heures d’entraînement pour acquérir la dextérité nécessaire, s’exprimer et s’amuser sur ce formidable instrument..

Ainsi depuis, je n’ai plus la frustration de me sentir rouillé lors des périodes où d’autres projets que la musique me prennent plus de temps. C’est ce que je partage dans les cours privés, où lors des Master-class & Workshop où je détaille cette pédagogie du geste.

Mon objectif avec « Corps & Tambour », c’est de vous faire profiter de mon expérience et ainsi vous offrir un raccourci magistral pour gagner en dextérité et musicalité.

« Corps & Tambour est la méthode idéale, vraiment pensée pour le batteur amateur et passionné qui désire se sentir progresser malgré un temps limité à consacrer à l’entraînement. »

– Martin, élève de Corps & Tambour

Vous souhaitez passer au niveau supérieur ?